CL-CGT

Accueil > ACCUEIL > CL-CGT AG 06.04.2019 Rapport introductif, situation explosive

CL-CGT AG 06.04.2019 Rapport introductif, situation explosive

dimanche 7 avril 2019

CL-CGT AG 06.04.2019 Rapport introductif

Rappelons que CL-CGT a été crée par des militants motivés contre l’orientation réformiste de la CGT : les modifications statutaires, la suppression de la plate-forme revendicative, une allégeance au syndicalisme réformiste et l’adhésion à la CES (Confédération Européenne des Syndicats après son retrait de la FSM (Fédération Syndicale Mondiale), et un activisme de plus en plus marqué par les dirigeants confédéraux réformistes pour hâter la liquidation du syndicalisme de classe.

Une situation de lutte actuelle inédite
D’emblée, je serai tenté de dire que la situation sociale, aujourd’hui, porte en elle des potentialités pré-révolutionnaires, exprimées sur des bases de classe comme nous n’en avons jamais connues depuis 1968, si tant est que l’on puisse comparer les périodes.
Jamais un président de la République (ce mal élu) et son gouvernement n’ont connu une telle impopularité depuis la Libération.
Jamais la classe politique en général n’avait été aussi déconnectée des mécontentements et aspirations des travailleurs voire des larges couches de la population.
Enfin ; jamais les organisations professionnelles et particulièrement les organisations syndicales n’avaient été d’une aussi grande faiblesse (le mot est faible) face à l’offensive actuelle historique du grand Capital.

Pourquoi ces forces pré-révolutionnairess potentielles sont-elles mises en échec par un gouvernement qui bat tous les records d’impopularité après seulement deux ans d’exercice ?

L’abandon de pratiques du syndicalisme de lutte de classe est catastrophique pour le mouvement ouvrier.

La CFDT et autres organisations corporatistes gestionnaire des intérêts du patronat, n’ont cessé de jouer le rôle de syndicalisme d’accompagnement du libéralisme économique contre la socialisation des moyens de production et d’échanges, les services publics…

Face à cette situation, nous devons continuer à développer l’audience de CL-CGT, et ce, malgré nos faibles moyens reposant essentiellement sur la solidarité volontaire et spontanée.

Il convient d’affirmer ici, contrairement à la propagande qui a pu se faire dans certains milieux de la CGT, que jamais, il n’a été question à CL-CGT de créer le moindre embryon d’organisation ou groupe fractionniste, même si nous pouvons porter une appréciation préoccupante sur l’avenir de la CGT.

Le 45è Congrès CGT a consacré la centrale syndicale comme réformiste ! Donc délestée de ses valeurs fondamentale du Congrès de LIMOGES en1895, de ses concepts de lutte de classe, anticapitaliste, de son projet de société socialiste par la socialisation des moyens de production et d’échange.

La stratégie des manifestations sans la Grève Générale avec occupation des usines, administrations et services, est une stratégie d’échec pour les travailleurs.

La lutte des Gilets jaunes déterminée, ne cesse d’occuper le terrain, cette explosion sociale non maîtrisée peut dégénérer.

La CGT et autres organisations n’ont pas la volonté d’appuyer voire prendre la tête du mouvement, soit que ces mêmes organisations n’en ont pas la capacité (ce peut être les deux), et dans quel cas, il peut y avoir récupération politique avec les risques de l’extrême droite, sans exclure les nébulosités de l’extrême gauche. Dans les deux cas, il peut y avoir d’autres scénarios, les travailleurs seraient dangereusement floués et perdants.

En 1888, au Congrès CGT du Bouscat, sous l’impulsion d’un contexte international qui se radicalise, la Fédération adopte la résolution suivante :
« Considérant que la grève partielle ne peut-être qu’un moyen d’agitation et d’organisation, le congrès déclare que seule la grève générale, c’est-à-dire la cessation complète de tout travail, ou la révolution, peut entraîner les travailleurs vers leur émancipation. »
Pour conclure, CL-CGT analyse toujours les événements en se référant aux principes du syndicalisme de classe, aux valeurs fondatrices de la CGT, aux finalités constitutives de notre combat de classe porteur d’un projet de société socialiste.